A conversation with Danny Gregory on “An Illustrated Journey”

I had a long conversation with Danny Gregory about “An Illustrated Journey”, his latest book.  An Illustrated Journey is all about travel journals. Danny has brought together 40 of his favorite artists and invited them to share their experiences, their sketchbooks, and detailed descriptions of their media and techniques.

http://dannygregory.wordpress.com/2013/03/14/a-conversation-with-jean-christophe-defline-from-an-illustrated-journey/

Danny has very kind words on my work.

“Like me, Jean-Christope Defline is not a professional artist. He’s a businessperson and a family man.  But when he hits the road, man, he makes beautiful things. He loves to experiment with media and I am especially fond of his experiments with kraft paper. See more on one of his blogs. J-C loves Tintin as much as I do and he has taken it a step further. Every trip he takes with his family is turned into the cover of a Hergé style book.”

AIJ Flinflins lo

I really enjoyed talking with Danny about Draming. And if you don’t know Danny Gregory, i recommend you visit his site. You’ll find  plenty of sources of inspiration

Une conversation avec Danny Gregory à propos de “An Illustrated Journey”

J’ai eu une longue conversation avec Danny Gregory à propos de “An Illustrated Journey”, son dernier livre.” An Illustrated Journey” est un livre consacré aux carnets de voyage. Danny a rassemblé 40 de ses artistes préférés (flatteur!  )et les a invités à partager leurs carnets de croquis, y livrer leurs expérience avec de détails sur les techniques qu’ils  

Danny a en plus la delicatesse d’avoir des mots très attentionnés sur mon travail.

«Comme moi, Jean-Christophe Defline n’est pas un artiste professionnel. C’est un homme d’affaires et un père de famille nombreuse. Mais quand il prend la route,  j’aime vraiment ce qu’il fait. Il aime jouer avec les médias et je suis particulièrement friand de ses expériences bicolores avec du papier kraft que l’on peut retrouver sur l’un de ses blogs. JC est un fan de Tintin comme moi et pousse sa passion un cran plus loin en restituant chaque voyage qu’il fait avec sa famille en une couverture d’un album de Tintin dans le style Hergé.”

J’ai vraiment beaucoup apprécié cet échange avec Danny. Et si vous ne connaissez pas Danny Gregory, je vous recommande de visiter son site. Vous trouverez beaucoup de sources d’inspiration

The Ghost of Freedom

12 - Le Fantôme de la liberté Lo
Any first trip to New-York inevitably leads to the statue of Liberty, all the more the Flinflins used to live pretty close to Bartholdi’s studio location where the Statue was built.
At that time, you could go very easily up to the crown and even the torch since that was long ago before the September attacks on the WTC.
I imagined that, in the wake of Tintin in America, Flinflin would have almost be thrown down from the top of the Statue by Al Capone, if his friends weren’t arrived, one more time, to rescue him. Since then, Haddock is inexhaustible on this crank Tournesol and his erratic way of flying a helicopter!
I had a long fight with geometric perspectives and trying to place the full head of the statue in the drawing without transforming the characters into Lilliputians, the final result remains fairly flat. So much the better, there is a great margin of improvement for the next episodes !

Le fantôme de la Liberté
Tout premier voyage à New York mène inévitablement à la Statue de la Liberté, surtout qu’alors, les Flinflins vivaient tout près de l’emplacement de l’atelier de Bartholdi où la statue a été construite. A cette époque, bien avant les attentats du World Trade Center de septembre 2001, l’on pouvait très facilement monter jusque dans la couronne et même dans la torche.
J’ai imaginé que, dans le prolongement de Tintin en Amérique, Flinflin aurait été précipité par Al Capone du haut de la Statue, si ses amis n’étaient une fois de plus arrivés à temps pour le sauver. Depuis lors, Haddock est intarissable sur le pilotage erratique de cet hurluberlu de Tournesol !

J’ai eu beau me débattre avec les perspectives pour tenter de faire rentrer la tête de la statue dans le dessin sans transformer les personnages en Lilliputiens, l’ensemble reste encore assez plat. Disons qu’il y a de la marge de progression pour les prochains épisodes ! 😦

The Lighthouse of Whales

11 - Le Phare des Baleines lo

For years, the Flinflins have spent summer vacations on a small island in the Atlantic Ocean, with wild beaches hidden behind a row of sand dunes. But when it comes to sand dunes related to Tintin adventures, the most striking image is, with no doubt, the Thomson & Thompson in bathing suits rushing for a bath, which finally proved to be a mirage.

Pendant des années, les Flinflins ont passé des vacances d’été sur une petite île dans l’océan Atlantique, avec des plages sauvages cachées derrière une rangée de dunes de sable.

Dés lors que l’on parle de dunes de sable dans les aventures de Tintin, l’image la plus frappante est sans indubitablement celle des Dupond et Dupont en maillot de bain se précipitant pour prendre un bain, dans ce qui s’avére au final n’être qu’un simple mirage.

The Mystery of the Golden Horn

09 - Le mystère de la Corne d'or lo

Following Tintin’s tracks, the Flinflins went to Istanbul and got amazed by the view on the city seen from the Golden Horn. Actually, according to the stories told in his albums, Tintin never really went to Turkey. However he got in Istanbul in his very first movie, Tintin and the Golden Fleece (Tintin et le Mystère de la Toison d’Or) released more than 50 years ago.
I have seen that movie when I was a little kid and remembered that Captain Haddock has been watered by a hookah when trying to use one. By the way it’s this sequence that is featured on the cover of the album that was drawn from that movie.
So no need to look for anything else for this book cover!
😉

Poursuivant leurs aventures sur les traces de Tintin, les Flinflins ont séjourné à Istanbul et sont revenus émerveillés par la vue sur la ville depuis la Corne d’Or. Bien sûr, si l’on se fie aux histoires racontées dans ses albums, Tintin n’est jamais allé en Turquie.
Toutefois, il a fait escale à Istanbul dans son tout premier film, Tintin et la toison d’or (Tintin et le Mystère de la Toison d’Or) sorti il y a plus de 50 ans.
J’avais vu ce film quand j’étais enfant et me souvenait que le capitaine Haddock s’y faisait aspergé abondamment par un narguilé en essayant d’en d’utiliser un. C’est d’ailleurs, c’est cette séquence qui est en vedette sur la couverture de l’album qui a été tiré de ce film.
Donc, inutile de chercher autre chose pour cette couverture!
😉