A long love affair with Tintin’s Jeep Willys

mission overlord Sketch4

Flinflin has a long love affair with Jeeps Willy’s. It must have probably started, as a very young boy, when discovering Tintin and the land of black gold with this surprising glossy red jeep.
Flinflins’ young sons wanted to visit the beaches of the Normandy landing.
In Arromanches, there is a small museum telling the story of the outstanding temporary harbor built by the Allied forces in 12 days by which 2 millions men and 500 000 vehicles landed.

Mission overlord Photo

Flinflin immediately spotted the beautiful Jeep Willys who sat in a corner of the museum and felt there was here a wonderful topic for the next Flinflins cover. The next stop in Omaha Beach should probably provide the right setting.

That evening, back home, sitting at his drawing board, Flinflin started to scribble the first sketches on a tiny A4 sheet of paper.

mission overlord Sketch1mission overlord Sketch2mission overlord Sketch3

Should we put a view from the embrasure of a blockhouse, or would it be better to leave the Jeep thrive in full screen ?

Une très longue histoire d’amour avec la Jeep de Tintin

Confession, pour confession, Flinflin entretient une longue histoire d’amour avec les Jeeps. C’est une affaire qui doit probablement remonter à la découverte, tout jeune enfant, de Tintin au pays de l’Or noir, avec cette si surprenante jeep rouge vif en couverture.
Un beau jour, les Flinflins avaient décidé d’aller visiter les plages du débarquement en Normandie, entrainés par leurs jeunes fils.
Là bas, à Arromanches, il y a un étonnant petit musée qui raconte l’histoire exceptionnelle de ce port artificiel construit par les forces alliées en 12 jours pour y débarquer 2 millions d’hommes et 500 000 véhicules en quelques semaines.

Flinflin a immédiatement “flashé” sur la superbe Jeep Willys qui trônait dans un coin du musée, se disant qu’il tenait probablement là un excellent sujet pour sa prochaine couverture. L’escale suivante à Omaha Beach fournirait surement le décor qui s’impose.

Le soir même, attablé à sa planche à dessin, Flinflin griffonnait en quelques minutes les premières esquisses sur une modeste feuille A4.
Fallait-il choisir une vue depuis la meurtrière d’un blockhaus ou ne valait-il pas mieux laisser la Jeep s’épanouir en pleine page ?

Unfortunately the pendulum of Calculus has been of no help in skiing the Vallée Blanche

08 - La vallée blanche Photoshop
While Tintin generally used to tour on the Swiss side of the Alps, the Flinflins often go on the French slopes. This very winter was their first attempt to sky the Vallée Blanche. For those who never heard of the Vallée Blanche, it is a huge glacial valley in the heart of the Mont Blanc, and at wintertime, a fabulous 20 kilometers backcountry ski touring, starting from the ridge of the Aiguille du Midi down to Chamonix.
Unfortunately, this winter, the weather was really disastrous: an endless snowstorm that lasted the whole week.
Each morning we came out fully equipped hoping the weather would change. But the barometer, as the pendulum of professor calculus remained desperately invariant. We couldn’t see anything beyond a few yards. With our storm harnesses, we all looked like Yetis in the fog.
Luckily the Flinflins had chosen to stay with in the wonderful mountain lodge of their grandfather’s friends in Chamonix. As he was an antique dealer, he has beautifully decorated his cottage with very fine antique furniture and gorgeous alpine decoration.
So, we spend most of our time, in the warm cottage listening to the old stories of the Valley as this grandfather was also a charming storyteller.
And this cover says it all…

Pour skier dans la vallée Blanche, le pendule de Tournesol n’a été, hélas, d’aucune utilité

Alors que Tintin arpente plutôt le versant Suisse des Alpes, les Flinflins préfèrent sillonner les pistes françaises. Cet hiver il s’agissait de leur première tentative de descente à ski de la Vallée Blanche. Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de la Vallée Blanche, il s’agit d’une immense vallée glaciaire au cœur du Mont-Blanc. L’hiver c’est un itinéraire de ski hors piste fabuleux, avec 20 kilomètres de descente depuis la crête de l’Aiguille du Midi jusqu’à Chamonix.
Malheureusement, cet hiver, le temps était vraiment désastreux: une tempête incessante de neige qui a duré toute la semaine.
Chaque matin, la tribu des Flinflins s’équipait en espérant que le temps se lève. Mais le baromètre, comme le pendule de Tournesol restait désespérément invariant.. Mais le blizzard était tel qu’il était impossible de distinguer quoique ce soit au-delà de quelques mètres. Avec nos harnachements de grande tempête, nous avions l’allure de Yetis dans le brouillard.
Mais heureusement, les Flinflins avaient la chance de séjourner chez des amis dans le magnifique chalet savoyard de leur grand-père à Chamonix. Antiquaire, celui-ci avait composé un intérieur chaleureux merveilleusement décoré de meubles anciens raffinés et d’objets alpins exceptionnels.
Ainsi, Flinflin et sa tribu ont-ils passé la plupart de leur temps, dans la chaleur du chalet en écoutant les histoires anciennes de la vallée car ce grand père était aussi un conteur charmant.
Ce que raconte cette couverture…

With Tintin, wishing a happy birthday to Spirou (75 years !)

flinflins-75-ans-spirou-loIn the late sixties and seventies, if music fans were divided between Beatles and Rolling Stones supporters, comics readers in France and Belgium were gathered around 2 iconic stars, Tintin and Spirou. Both of them had their own magazine, a weekly content highly expected each week by hundred of thousands of readers at an era with no Internet, no videogames and almost no animated movies and TV for children.

While Tintin was considered as a more educational and serious magazine, Spirou was more humoristic with its emblematic hero designed by Franquin.

Flinflin was lucky since he was a subscriber to Spirou while his cousin in the flat above him used to read Tintin magazine, which allowed the two of them to mix both cultures and spend countless hours reading subversive literature.
Anyway, It’s still difficult to get the idea that Spirou is 75 years old !

Avec Tintin, pour célébrer l’anniversaire de Spirou (75 ans !).
À la fin des années soixante et soixante-dix, si les fans de musique se divisaient entre supporter des Beatles ou des Rolling Stones, les lecteurs de BD en France et en Belgique s’affrontaient autour de 2 stars emblématiques: Tintin et Spirou . Tous les deux avaient leur propre magazine, une production hebdomadaire très attendue chaque semaine par des centaines de milliers de lecteurs à une époque sans Internet, sans jeux vidéo et où les films d’animation et la télévision pour les ados se faisait rare.
Alors que Tintin était plutôt considéré comme un magazine plus pédagogique et sérieux, Spirou cultivait l’humour avec son héros emblématique dessiné par le génial Franquin.

Flinflin avait de la chance car, s’il était abonné à Spirou, son cousin dans l’appartement au-dessus recevait le magazine Tintin, ce qui leur permettait de biberonner les deux cultures et de gaspiller des heures de lecture subversive.
Il reste qu’il est quand même difficile de se faire à l’idée que Spirou a 75 ans !

Celebrating Spirou’s 75th birthday with Tintin (first sketch)

Flinflin & Spirou's birthday lo

Yesterday, the Flinflins’ kids have received their copy of the Spirou magazine, like every week. But this week, this issue is special: it is dedicated to Spirou’s 75th birthday with a lot of contributions of comics authors.
If you don’t know who Spirou is, i really recommend you have a careful look to it by opening one of his numerous album. Worth it ! But i’ll talk more about Spirou in a future post.

Spirou bandeau
Spirou has been a very close friend of every member of the Flinflin tribe since their youngest age, so we could not miss to celebrate this event.
Here is a preview of the very first draft.

Fêter le 75e anniversaire de Spirou avec Tintin

Hier, les enfants Flinflins ont reçu, comme chaque semaine, leur exemplaire du magazine Spirou. Mais cette semaine, un numéro spécial célèbre le 75e anniversaire de Spirou, avec des contributions originales de nombreux auteurs de bandes dessinées.
Si vous ne savez pas qui est Spirou, je vous recommande vivement de combler ce manque en ouvrant l’un de ses albums. Cela vaut vraiment le coup. Mais j’aurai l’occasion de parler plus longuement de Spirou dans un prochain post.
Spirou a été, bien sûr, un ami très proche de tous les membres de la tribu Flinflin depuis leur plus jeune âge. Aussi, nous ne pouvions pas manquer de célébrer cet événement.
Voici, en avant-première, la toute première esquisse.

Porto – Why would Haddock drink only whisky?

26 - Escale à Porto crayonné loIt’s not that easy to stop and draw on a inspiring location when you travel with your (numerous) family. You’re taking a serious risk of reaching a diplomatic incident, after a few minutes left ! So, Flinflin manages to travel with a camera, capturing here and there the small details that will help him drawing a pastiche of Tintin cover, an iconic memory of the trip. Overtime, It has become a recurring joke in the family ; Every time the Flinflin tribe turns back, Flinflin has disappeared, caught by the exoticism of Azulejos.

But what about Haddock and his Porto? I know.  Be patient, this story is to be continued in the next episode, once the drawing is more advanced. Meanwhile, you can have a look to some of my travel sketches in Portugal.

Haddock ne boit-il vraiment que du Whisky ?

Difficile lorsque l’on voyage en famille, de s’arrêter pour dessiner sur un lieu qui vous inspire. On prend un risque sérieux d’incident diplomatique, passé quelques minutes ! Du coup, Flinflin a pris l’habitude de voyager avec un appareil photo, pour engranger ici et là les petits détails qui lui permettront de restituer au retour un pastiche de couverture de Tintin emblématique du voyage.

C’est d’ailleurs devenu, avec le temps, une plaisanterie familiale récurrente ; Il suffit que la tribu familiale se retourne et déjà, Flinflin a disparu, happé par l’exotisme d’un Azulejos.

Certes me direz vous, mais Haddock et son Porto ? Et bien, à suivre dans un prochaine épisode, lorsque le dessin sera plus avancé. Mais d’ici là, vous pouvez toujours retrouver quelques dessins extraits de mes carnets de voyage au Portugal.

The Ghost of Freedom

12 - Le Fantôme de la liberté Lo
Any first trip to New-York inevitably leads to the statue of Liberty, all the more the Flinflins used to live pretty close to Bartholdi’s studio location where the Statue was built.
At that time, you could go very easily up to the crown and even the torch since that was long ago before the September attacks on the WTC.
I imagined that, in the wake of Tintin in America, Flinflin would have almost be thrown down from the top of the Statue by Al Capone, if his friends weren’t arrived, one more time, to rescue him. Since then, Haddock is inexhaustible on this crank Tournesol and his erratic way of flying a helicopter!
I had a long fight with geometric perspectives and trying to place the full head of the statue in the drawing without transforming the characters into Lilliputians, the final result remains fairly flat. So much the better, there is a great margin of improvement for the next episodes !

Le fantôme de la Liberté
Tout premier voyage à New York mène inévitablement à la Statue de la Liberté, surtout qu’alors, les Flinflins vivaient tout près de l’emplacement de l’atelier de Bartholdi où la statue a été construite. A cette époque, bien avant les attentats du World Trade Center de septembre 2001, l’on pouvait très facilement monter jusque dans la couronne et même dans la torche.
J’ai imaginé que, dans le prolongement de Tintin en Amérique, Flinflin aurait été précipité par Al Capone du haut de la Statue, si ses amis n’étaient une fois de plus arrivés à temps pour le sauver. Depuis lors, Haddock est intarissable sur le pilotage erratique de cet hurluberlu de Tournesol !

J’ai eu beau me débattre avec les perspectives pour tenter de faire rentrer la tête de la statue dans le dessin sans transformer les personnages en Lilliputiens, l’ensemble reste encore assez plat. Disons qu’il y a de la marge de progression pour les prochains épisodes ! 😦

The Lighthouse of Whales

11 - Le Phare des Baleines lo

For years, the Flinflins have spent summer vacations on a small island in the Atlantic Ocean, with wild beaches hidden behind a row of sand dunes. But when it comes to sand dunes related to Tintin adventures, the most striking image is, with no doubt, the Thomson & Thompson in bathing suits rushing for a bath, which finally proved to be a mirage.

Pendant des années, les Flinflins ont passé des vacances d’été sur une petite île dans l’océan Atlantique, avec des plages sauvages cachées derrière une rangée de dunes de sable.

Dés lors que l’on parle de dunes de sable dans les aventures de Tintin, l’image la plus frappante est sans indubitablement celle des Dupond et Dupont en maillot de bain se précipitant pour prendre un bain, dans ce qui s’avére au final n’être qu’un simple mirage.

The Mystery of the Golden Horn

09 - Le mystère de la Corne d'or lo

Following Tintin’s tracks, the Flinflins went to Istanbul and got amazed by the view on the city seen from the Golden Horn. Actually, according to the stories told in his albums, Tintin never really went to Turkey. However he got in Istanbul in his very first movie, Tintin and the Golden Fleece (Tintin et le Mystère de la Toison d’Or) released more than 50 years ago.
I have seen that movie when I was a little kid and remembered that Captain Haddock has been watered by a hookah when trying to use one. By the way it’s this sequence that is featured on the cover of the album that was drawn from that movie.
So no need to look for anything else for this book cover!
😉

Poursuivant leurs aventures sur les traces de Tintin, les Flinflins ont séjourné à Istanbul et sont revenus émerveillés par la vue sur la ville depuis la Corne d’Or. Bien sûr, si l’on se fie aux histoires racontées dans ses albums, Tintin n’est jamais allé en Turquie.
Toutefois, il a fait escale à Istanbul dans son tout premier film, Tintin et la toison d’or (Tintin et le Mystère de la Toison d’Or) sorti il y a plus de 50 ans.
J’avais vu ce film quand j’étais enfant et me souvenait que le capitaine Haddock s’y faisait aspergé abondamment par un narguilé en essayant d’en d’utiliser un. C’est d’ailleurs, c’est cette séquence qui est en vedette sur la couverture de l’album qui a été tiré de ce film.
Donc, inutile de chercher autre chose pour cette couverture!
😉

Land of White Gold

10 - Au pays de l'or blanc lo

Ski vacations ?
Yes, Ski vacations in the Alps! The Flinflins are lucky because they live in France, a country with fabulous ski resorts and thousands of kilometers of slopes which attract millions of skiers across the world. A natural touristic resource, that have given its title – Land of White Gold – to this cover.
Those were the early trials of the young Flinflins’ kids on slopes. No need to say, a spectacular fall at ski came naturally as the main topic of those ski vacations in Les 3 Vallées.
When it comes to mountain, readers of Hergé’s books know there are 2 main sources of inspiration : Tintin in Tibet of course, but also The Valley of the cobras (La vallée des cobras) the very last album of Jo Zette et Jocko.

Vacances de ski?
Oui, vacances de ski dans les Alpes! Les Flinflins ont de la chance car ils vivent en France, un pays avec de fabuleuses stations de ski et des milliers de kilomètres de pistes qui attirent du monde entier, des millions de skieurs. Une ressource naturelle touristique, qui a donné son titre – Au Pays de l’Or Blanc – à cette couverture.
Il s’agissait d’illustrer les premiers essais des jeunes Flinflins sur les pentes. Inutile de dire, qu’une chute de ski spectaculaire s’est imposée naturellement comme le sujet principal de ce séjour de ski dans les 3 Vallées.
Quand il s’agit de montagne, les lecteurs des albums d’Hergé savent qu’il n’y a que 2 sources possibles d’inspiration: Tintin au Tibet bien sûr, mais aussi La vallée des Cobras, le tout dernier album de Jo Zette et Jocko.

The Serenissime

06 - La Sérénissime lo

To almost anybody, Venice looks like a great setting for an opera. So it was obvious to me the Castafiore has certainly given live recitals on the Grand Canal. May be to raise funds to rebuild the Fenice after it was destroyed by fire ?
It is when you try to synthetize the complexity of the Venetian facades with all those perspectives, that you understand the virtuosity of Hergé. All of a sudden, you realize his drawings, beyond their mere simplicity (the very famous ‘Ligne Claire’), are in fact far more sophisticated that what you initially imagined.

Aux yeux de tous, Venise ressemble à un décor idéal d’opéra. Il était donc évident que la Castafiore avait sûrement donné des récitals en direct sur le Grand Canal. Peut-être même pour lever des fonds nécessaires à la reconstruction de la Fenice qui venait d’être détruite par le feu?
C’est en essayant de synthétiser la complexité des façades vénitiennes et d’aligner les perspectives, que j’ai mieux compris la virtuosité d’Hergé. On se rend alors véritablement compte que ses dessins, au-delà de leur simplicité apparente (la fameuse ‘ligne claire’), sont en fait beaucoup plus complexes que ce que vous aviez initialement imaginé.