Comment j’ai aidé Séraphin Lampion à attraper son bus au pied de la Tour Eiffel

Flinflins Dame de fer loDanny Gregory et Koosje Koene, les 2 fondateurs de Sketchbook Skool, m’ont demandé de rejoindre leur Université en ligne pour y donner, à mes moments perdus, un cours sur le « Storytelling » dans l’une de leur « art klass » (oui, c’est bien l’orthographe correcte de « classe » à Sketchbook Skool) parmi d’autres artistes étonnants, que je suis fier de côtoyer.

Si vous n’avez jamais entendu parler de Sketchbook Skool, je vous invite à y jeter un coup d’œil en allant voir sur leur site et surtout leur blog. C’est une incroyable école d’Art sur Internet avec des vidéos en ligne et une communauté mondiale pour inspirer et stimuler chacun à raconter ce qui le touche au quotidien avec ses carnets à dessin.
C’est une communauté en pleine expansion avec déjà plus de 5 000 étudiants de tous pays et tous horizons qui constitue une  expérience fabuleuse qu’il faut avoir fait au moins une fois dans sa vie lorsque l’on s’intéresse au dessin, que l’on soit débutant ou artiste expérimenté.

parmi bien d’autres choses, j’y fais une démonstration en ligne dans ma « klass » – avec une vidéo tonique – pour expliquer comment créer une couverture pour un livre imaginaire ou réel. Et bien sûr, j’ai choisi de dessiner une nouvelle couverture d’album des Flinflins.

De manière étonnante, même si nous vivons la plupart du temps à Paris, je n’ai jamais fait, jusqu’à présent, de couverture sur les Flinflins à Paris. Probablement parce qu’il s’agit de notre routine quotidienne, je suppose. Il m’a semblé que ce cours était une excellente occasion de rendre un hommage à cette ville enchantée que nous n’avons jamais cessé d’aimer.

J’ai fait tout d’abord une esquisse rapide, pour essayer de mettre en forme l’image qui mieux représenterait le mieux Paris dans l’esprit de chacun.

Flinflins Dame de fer Sketch

Evidemment, l’élément le plus représentatif de Paris est sans aucun doute la Tour Eiffel. Plutôt que la représenter comme d’habitude en entier à l’horizon, j’ai pensé, qu’au contraire, il serait préférable de choisir une vue plus rapprochée permettant de se faire une meilleure idée de sa taille gigantesque.
Ensuite, il fallait ajouter au moins 3 autres éléments significatifs de Paris : des immeubles Haussmanniens typiques avec leurs toits de zinc très reconnaissables, une « Colonne Morris » typique faisant la promotion du prochain Opéra de Bianca Castafiore et… hélas, le traditionnel embouteillage Parisien.

Pour m’assurer que tous les Flinflins seraient bien visibles dans l’embouteillage (l’inconvénient des familles nombreuses), j’ai décidé de les montrer sur la plate-forme arrière d’un bus, plutôt que dans une voiture. Malheureusement, ces autobus à plateforme pleins de charme ne sont plus en service. Cependant, parfois vous pouvez voir avoir la chance d’en voir un apparaitre ici ou là pour une soirée privée, ou affrété pour des touristes.
Ah oui, des touristes… ! Tout au long de l’année, ils déferlent sur Paris, ce qui en fait la première ville touristique au monde. Ils sont dans l’ensemble d’agréables visiteurs à l’exception souvent des touristes Français, perpetuels insatisfaits et souvent, de mauvaise humeur. Nous avons tous fait l’expérience de ces personnages bruyants, toujours en retard et qui ne ratent pas une occasion de faire des plaisanteries de mauvais goût.
C’est ainsi que Séraphin Lampion, l’archétype absolu de l’empoisonneur est devenu l’élément central de cette couverture.
On peut penser que pendant qu’il achetait l’une de ces horribles Tours Eiffel dans une boule de neige en plastique, il n’a pas remarqué que son groupe embarquait sur ce bus qui vient de démarrer sans lui. C’est pourquoi il s’époumone pour essayer de le rattraper, traversant la route en déboulant sans même prêter attention au trafic, forçant ainsi les Dupond et Dupont à piler brusquement dans leur vieille Citroën 2CV et bondir de leur véhicule en exprimant le fonds de leur pensée dans un geste typiquement parisien.

Flinflins Dame de Fer esquisse Grise 001
À la fin du dessin, trouvant la façade du bâtiment un peu vide j’ai rajouté le capitaine Haddock rugissant à la fenêtre et un policier en faction dans le coin gauche, me rappelant ce vieux dicton parisien qui veut que là où il y ait un embouteillage, il y ait forcément un flic dans les parages. 😉

Et si vous voulez voir quand est la prochaine session de cours de Storytelling, c’est ici.

How I helped Jolyon Wagg catch his bus in front of the Eiffel Tower

Flinflins Dame de fer lo

Danny Gregory and Koosje Koene, founders of Sketchbook Skool, have asked me to join their Fakulty to teach an art klass on Storytelling (Oh…Yes, this is the proper spelling of “class” at Sketchbook Skool) among other outstanding artists I’m so proud to join.
If you’ve never heard of Sketchbook Skool, I urge you to have a look at it on their blog. It’s an amazing online video-based art school and global community dedicated to teaching and inspiring people to tell their stories through illustrated journaling.
It’s a fast growing community with more than 5 000 registered students and a fabulous experience every people who like drawing, beginners as experienced artists, should take once in his life.

Among many other things, I gave an online demo in my klass (thru an amazing video shooting) on how to create a cover for a great book. And of course, I decided to draw a Flinflin Album cover.

Surprisingly, though we spend most of our time living in Paris, I never did a Flinflin cover on Paris, until now. Probably because our Parisian life is our daily routine, I suppose. So I decided this course was a great opportunity to craft a special tribute to this enchanted city we never stopped loving.
I did first a quick sketch, trying to elaborate an image that could best figure Paris in everybody’s mind.

Flinflins Dame de fer Sketch
Of course, the most representative element of the City of Light is undoubtedly the Eiffel Tower. While it is mostly shown far on the horizon in one full piece, I thought, on the contrary, it would be better to take a closer view to make people realize how gigantic it is.
3 other obvious significant elements should be found: Haussmann buildings with their highly recognizable zinc roofs, a ‘Colonne Morris’, so typical of this city, displaying a poster on the next opera sung by Bianca Castafiore and… Paris traffic jam.
Since we are a large family I decided to show all the Flinflins characters on the rear platform of a bus, rather than in a car, to be sure everyone can be seen. Unfortunately, those platform buses are no longer in service. However, sometimes you can see some of them popping up here and there for a private party, or chartered for tourists.
Oh yes, tourists…! All along the year, lots of tourists are coming to Paris, which makes it the 1st touristic city in the world. They are all nice tourists with the exception of …French tourists, often unsatisfied and grumpy. So what if we showed one of these evil pupils? We all know these evil pupils who are noisy, speak loudly, are always late and make terrible jokes.
This is how Jolyon Wagg (Seraphin Lampion), the absolute archetype of the annoying guy came as a central piece of this drawing.
Let’s assume he was buying one of those horrible Eiffel Towers in a snowy ball, didn’t notice his group has boarded on the bus, and has just left without him. So he’s running after the bus trying to catch him, crossing the road without paying attention to the incoming traffic, causing the Thompson and Thompson to stop abruptly their old Citroën 2CV.
They popped out of their car, expressing what’s in their mind in a typical Parisian gesture.

Flinflins Dame de Fer esquisse Grise 001

At the end of the drawing, the facade of the building looked a little empty. So I added Captain Haddock roaring at the window, and a policeman on duty in the left corner because remembering the old Parisian adage that where there is a traffic jam, you should necessarily look for the cop around. 😉

Why search for the Yeti on the Mont-Blanc when he is obviously sitting in front of you ?

13 - Le refuge du MigouIn one’s life, there are sometimes moments of grace that help you make the right decisions. At that time, Flinflin was working in a company in a total chaos right in the middle of a merger with its main competitor. The atmosphere was oppressive, each management team trying to pull the rug out from the opposite team’s feet.
Each day at the office was an additional torment that undermined even more employee morale.
Feeling how beneficial a deep break would be, one of my brothers took me for a hike in the Mont-Blanc massif.
It was springtime. The weather was resplendent. Snowmelt was beginning and wildlife was just coming out of its hibernation. We inspected almost every footprints left on snowfields, in the hope – who knows – we may discover tracks of the Yeti.
Alas, chamois, marmots and foxes footprints, but no single evidence the Yeti was around. Never mind, these three days of hiking were sublime to wash our minds: for 72 hours we had met real life: physical efforts, meeting warm people, and a majestic Nature.
Back at the office, my boss has just been fired and the guy replacing him told me I had an hour to go the same way.

I didn’t care that much: This trek helped me realizing I was wasting my life in this company.
I took my paycheck, got home, pulled out a sheet of paper and designed this cover in 2 days. As Tintin, who parted overseas seeking for the Treasury of Red Rackham while it was almost under his nose, I went in the Mont-Blanc hunting for the Yeti I have been hunging around for several months !

Pourquoi aller chercher le yeti au Mont-Blanc alors qu’il est assis en face de vous ?

Dans la vie, Il y a des parfois des instants de grâce qui vous aident à prendre les bonnes décisions. A cette époque, Flinflin travaillait dans une entreprise en pleine crise qui fusionnait avec son principal concurrent. Le climat y était éprouvant, chaque équipe de direction s’attachant à savonner la planche de celle d’en face.
Chaque journée au bureau était une épreuve supplémentaire qui minait un peu plus le moral de tous les employés.
Sentant combien une grande bouffée d’air serait salutaire, l’un de mes frères me proposa une randonnée en Vanoise.
C’était au printemps. Le temps était resplendissant. La fonte des neiges avait commencé. La faune sortait tout juste de son hivernage. Nous inspections les traces laissées sur les névés, dans l’espoir – qui sait – d’y découvrir les traces du Yeti.
Hélas, des chamois, des marmottes, quelques renards mais point de Yéti en vue. Peu importe, ces 3 jours de randonnée furent sublimes pour se laver l’esprit : pendant 72 heures, nous avions côtoyé la vraie vie : une vie d’efforts physiques, de rencontres fortes, face à une Nature en majesté.
Au retour, mon patron s’était fait virer et son remplaçant m’annonçait que j’avais une heure pour prendre le même chemin. A dire vrai j’étais plutôt soulagé : ce trek m’avait fait prendre conscience que je gâchais ma vie dans cette société.

J’ai pris mon chèque, je suis rentré, j’ai sorti une feuille de papier et j’ai dessiné cette couverture en 2 jours. Comme Tintin, parti aux antipodes à la recherche du Trésor de Rackham Le Rouge qui était, en fait, sous son nez, j’étais allé chercher dans le massif du Mont-Blanc, le Yéti que je côtoyais depuis plusieurs mois !

Is Ranko the Gorilla, Mont St Michel’s gate keeper ?

26 -  Le Mont Maudit loThe Flinflins love islands. All islands. May be because they are fascinated by their famous cousin’ s incredible adventures in so many of them: the Black island in Scotland, a small volcanic Indonesian Island in Flight 714 for Sydney, the lovely and exotic treasure Island in Red Rackham’s Treasure or even the ephemeral island in the artic ocean with the floating asteroid of the Shooting Star.

But when it comes to Island, Mont St Michel is king. Except Mont St Michel is no longer an island. ☹ You need to drive first on a long concrete dam and park your car in an awful parking lot filled with tourists’ buses.
The beauty of drawing is that you can make your own storytelling and decide to flood those horrible infrastructures under the high tide.
So, on a holiday trip in the Channel Islands, the Flinflins decided to take a detour to the Mount by a gorgeous twilight autumn evening.
The shops were closed and tourists were gone. The Mount was almost deserted. We took a walk alone on the ramparts. Suddenly, by the old Northern tower, dreadful footsteps echoed on the pavement with terrifying sounds of steel chain. We feared for a while to meet face to face with Ranko, the giant gorilla of the Black Island.
Thanks god this was only the Abbot closing the old gate of the Abbey. 🙂

Since then, development works have been made to give back its insular character to the Mount.
We definitely need to go back there. May be we’ll be lucky enough to see the high tide circling the Mount St Michel, and who knows, we may even meet this time, with Ranko the Gorilla !

Ranko le Gorille est-il le gardien du Mont Saint Michel ?

Les Flinflins aiment les îles. Toutes les îles. Peut-être parce qu’ils restent fascinés par les incroyables aventuresde leur célèbre cousin dont beaucoup se sont déroulés dans des îles: l’île Noire en Ecosse, la petite île volcanique indonésienne de Vol 714 pour Sydney, la belle et exotique île au trésor du Trésor de Rackham le Rouge ou bien encore la petie île éphémère dans l’océan arctique avec l’astéroïde flottant de l’Etoile Mystérieuse.

Mais quand il s’agit d’île, le Mont St Michel reste roi. Sauf que ce Mont n’est hélas plus une île. ☹ Vous devez d’abord rouler sur une longue digue de béton pour garer votre voiture dans un horrible parking rempli de bus de touristes.
L’avantage du dessin, c’est que l’on peut s’y raconter sa propre histoire, comme décider par exemple d’inonder ces ignobles infrastructures sous la marée haute.

Ainsi, lors d’un retour de vacances dans les îles anglo-normandes, les Flinflins ont décidé de faire un détour par le Mont sous un superbe crépuscule d’automne.
Les magasins étaient fermés et les touristes partis. Le Mont était pratiquement désert. Nous avons fait un tour, seuls sur les remparts lorsque tout à coup, des pas ont résonné sur le pavé au pied de la tour Nord avec des bruits terrifiants de chaîne d’acier. Nous avons craint un instant de nous retrouver face à face avec le gorille géant de l’île Noire.
Dieu Merci ce n’était que le Père Abbé qui fermait la porte de l’abbaye.

Depuis lors, les travaux d’aménagement ont été faits pour redonner au Mont son caractère insulaire.
Nous devrions y retourner. Peut être aurons nous la chance d’y voir la marée haute, et qui sait, peut-être rencontrerons nous cette fois Ranko le gorille.

What If Tintin were part of the Great Landing in Normandy ?

Image

A year ago, the Flinflins toured in Normandy and visited the Landing beaches. The whole area and the museums were so impressive that the Flinflin tribe unanimously voted to add a new Flinflin cover to the saga.
A gorgeous Jeep Willy’s spotted in the lovely small museum of Arromanches would play the leading role and the wide beach of Omaha would provide the scenery. But this immediately brought a critical question. What would have done Tintin in such circumstances ? Nothing is told about this in Tintin stories, since during WWII, Herge carefully avoided every reference to the conflict. He choose to send his heroes far away on the ocean and then in Latin America to avoid any potential censorship in an occupied Belgium. I have formerly written a few words about the creative process of this cover. But what is really interesting is that, as elements were added to the sketch, the story came out of the shadow little by little.
Given Tintin’s character, no doubt, he would have been on the resistant’s side. Haddock would have commandeered the Karaboudjan to join the Free French Forces in England while Allan would obviously escape to rally the evil empire of Pleksy Gladz.
Szut, the esthonian aircraft pilot would have volunteered to enroll in the Russian Air Force and would be dispatched in Normandy with a support squadron.
While Professor Calculus, deaf as a post would seem indifferent to what happens. As ever….
What’s interesting is that hough I thought the drawing was finished, I did not inked it right away and the drawing stayed unachieved in my cardboard for quite a while. I think my subconcious was telling me something important was missing.

It is only 9 months later that I realized the drawing was missing a crucial piece. Colonel Sponz was obviously commanding the occupying forces of Plezsy-Gladz in this area. About to be defeated, he was escaping once more. No doubt we’ll meet him again.
The minute I added it, the cover was done.

It is only 9 months later that I suddenly realized I had obviously forgotten Colonel Sponz. Defeated commander of the occupation forces of Plezsy-Gladz in this area, he was once again on the verge of escaping. No doubt we will meet him again soon.
The minute I added him, the coverage was done!
The drama was finally completed.

Et si Tintin avait pris part au Grand Débarquement ?
Il y a un an, les Flinflins ont fait une virée en Normandie pour visiter les plages du Débarquement. La region et les musées les ont tellement impressionés que la tribu Flinflin à voté à l’unanimité dl’ajout d’une nouvelle couverture leur saga.
Une magnifique Jeep Willys repérée dans le charmant petit musée d’Arromanches y jouerait le rôle principal tandis que la grande plage d’Omaha fournirait le décor.
Ce qui amène inéluctablement une question cruciale. Qu’aurait fait Tintin dans de telles circonstances? Rien n’est dit à ce sujet dans les histoires de Tintin, puisque, comme chacun sait, pendant la Seconde Guerre Mondiale, Hergé a soigneusement évité toute référence au conflit et choisi d’envoyer ses héros loin sur les océans, puis en Amérique latine afin d’éviter toute censure potentielle dans une Belgique occupée.
J’ai déjà écrit quelques mots sur le processus créatif de cette couverture. Mais le plus intéressant, c’est qua fur et à mesure que les differents élements ont été ajoutés à l’esquisse, l’histoire, peu à peu, est sortie d’elle meme de l’ombre.
Compte tenu du caractère de Tintin, il ne fait aucun doute qu’il aurait du côté de la résistante. Haddock aurait réquisitionné le Karaboudjan à rejoindre les Forces françaises libres en Angleterre tandis que Allan serait évidemment échapper à rallier l’empire du mal de Pleksy Gladz.
Szut, le pilote d’avion Estonien se serait pour sa part porté volontaire pour s’enroler dans l’armée de l’air russe pour être détaché ensuite en Normandie avec un escadron de soutien.
Le professeur Tournesol, pour sa part, sourd comme un pot, semble indifférent à ce qui se passe. Comme toujours ….
Ce qui est intéressant, c’est qu’alors que je pensais le dessin terminé, je n’ai pas voulu l’encrer tout de suite et il est resté inachevé dans mon carton assez longtemps. Je pense que mon subconscient me soufflait que quelque chose manquait.

Ce n’est que 9 mois plus tard que j’ai subitement réalisé que j’avais évidemment oublié le Colonel Sponz, commandant des forces d’occupation de Plezsy-Gladz. dans cette zone. Vaincu, il était une fois de plus sur le point de s’échapper. Nul doute que nous allons le revoir prochainement.
A la minute où je l’ai ajouté, la couverture était faite !
L’intensité dramatique était enfin là.
(A suivre…)

Si dessiner est un plaisir, la mise en couleur reste éprouvante

photoAlors que dessiner des couvertures de Flinflins est toujours un vrai plaisir, la mise en couleur, en revanche, est presque toujours une souffrance.
La raison est simple: alors que l’on peut toujours corriger un dessin avant de l’encrer, il n’y a aucun moyen de rectifier une mauvaise couleur. Les encres aquarellées ne tolérèrent aucun remords: impossible de rajouter une couche supplémentaire si vous avez fait une erreur ou même tout simplement une tache. Ainsi, jusqu’à la dernière minute de la mise en couleur vous pouvez totalement gâcher votre travail.
Sans compter que le style d’Hergé en matière de couleur, s’il est efficace n’est pas le plus agréable à exécuter : aucune ombre, ni de relief, juste une couleur unie, si caractéristique de son style “Ligne Claire.

C’est sans doute pour cela que j’ai autant de dessins en attente dans mon carton à dessin. Je trouve toujours une bonne excuse pour échapper à la phase finale de mise en couleur et achever le dessin.
Ce matin, décidant qu’il fallait en finir, j’ai attaqué la mise en couleur d’un dessin d’une vielle escapade des Flinflins aux Iles Chausey puis au Mont Saint Michel. Une opération délicate car il s’agissait, pour varier les plaisirs de restituer une ambiance nocturne. Par prudence, j’ai préféré passer par quelques essais de coloriage sur une photocopie avant d’attaquer l’illustration finale.
A suivre…

While drawing is fun, coloring remains a pain

photoWhile drawing Flinflins covers is a always a real pleasure, coloring them still remains a pain.
The reason is simple: while you can always correct a drawing before inking, there’s no way you can rectify a bad color. Watercolor inks will not tolerate any remorse: you can’t add an extra layer, if you made a mistake or even simply a minor blot.
Thus, until the last minute of the coloring phase you can totally ruin your sketch.
Besides this, Hergé style in terms of color, whether it is effective is not the most pleasant to execute : no shadow, just solid color, so characteristic of his ” Ligne Claire style.
This is probably why I have so many drawings waiting in my drawing cardboard. I always find a good excuse to escape the final phase of coloring and complete the drawing.
This morning, deciding enough is enough, I attacked the coloring a old drawing of getaway of the Flinflins tribe to Chausey Islands and Mont Saint Michel, a delicate operation because I had in mind to restore a nightlife. As a precaution, I went through some quick trials, coloring on a photocopy before attacking the final illustration.
To be continued …

Si dessiner est un plaisir, la mise en couleur reste plus pénible

Alors que dessiner des couvertures de Flinflins est toujours un vrai plaisir, la mise en couleur, en revanche, est presque toujours une souffrance.
La raison est simple: alors que l’on peut toujours corriger un dessin avant de l’encrer, il n’y a aucun moyen de rectifier une mauvaise couleur. Les encres aquarellées ne tolérèrent aucun remords: impossible de rajouter une couche supplémentaire si vous avez fait une erreur ou même tout simplement une tache. Ainsi, jusqu’à la dernière minute de la mise en couleur vous pouvez totalement gâcher votre travail.
Sans compter que le style d’Hergé en matière de couleur, s’il est efficace n’est pas le plus agréable à exécuter : aucune ombre, ni de relief, juste une couleur unie, si caractéristique de son style “Ligne Claire.
C’est sans doute pour cela que j’ai autant de dessins en attente dans mon carton à dessin. Je trouve toujours une bonne excuse pour échapper à la phase finale de mise en couleur et achever le dessin.
Ce matin, décidant qu’il fallait en finir, j’ai attaqué la mise en couleur d’un dessin d’une vielle escapade des Flinflins aux Iles Chausey puis au Mont Saint Michel. Une opération délicate car il s’agissait, pour varier les plaisirs de restituer une ambiance nocturne. Par prudence, j’ai préféré passer par quelques essais de coloriage sur une photocopie avant d’attaquer l’illustration finale.
A suivre…