My Arumbaya fetish for Danny’s Gregory Sketchbook Skool

SK004 FeticheI have been honored when Danny Gregory offered me to participate in his book an ‘Illustrated journal’. Now, he has just started with Koosje Koene a new fun venture, Sketchbook Skool. In a nutshell, Sketchbook Skool is an online initiative to share with people how keeping an illustrated journal can rock your world !

I decided to join it as a student because because of Danny’s incredible creativity. He has truly original ideas, some of which are sometimes really, really counterintuitive, like getting rid of the pen or applying gouache to shape your model before even drawing it.
It seemed so absurd that I obviously rushed to give it a try !
As you know, since i’m a great fan of Tintin, i took the famous Arumbaya fetish of “The broken Ear” that i have carved 15 years ago in an old oak beam – my only attempt to sculpture – and tried to  apply gouache directly on the paper on the and then, draw the fetish with a tip pen.
It gave me a very exciting feeling to go drawing without a pencil. Also, the last time i practiced gouache, i still was a kid. So using it again was a very pleasant experience bringing back youth souvenirs. Some kind of a Proust madeleine.
And the final result turned to be a very different drawing.

SK004 fetiche et modèle

 

Mon fétiche Arumbaya pour la Sketchbook Skool de Danny Gregory

J’ai été très flatté lorsque Danny Gregory m’a proposé de participer à son livre « An illustrated Journal” .
Maintenant, il vient de se lancer avec Koosje Koene dans une nouvelle aventure, Sketchbook Skool, une initiative en ligne pour faire découvrir comment la tenue d’un journal illustré peut faire basculer l’univers de chacun.
C’est pourquoi j’ai immédiatement choisi d’y participer, en raison de l’incroyable créativité de Danny. Danny a des idées vraiment originales, dont certaines sont même parfaitement contre-intuitives, comme l’idée de dessiner à l’encre sans crayonné préalable ou encore d’appliquer directement la gouache sans meme faire d’esquisse pour dessiner dessus ensuite. Cela me semblait tellement absurde que je me suis evidemment précipité pour faire un essai .
Et donc, en tant que grand fan de Tintin, j’ai récupéré le fétiche Arumbaya de ” L’Oreille Cassée ” que j’ai sculpté il y a 15 ans dans une vieille poutre en chêne – ma seule tentative de sculpture, je vous rassure – J’ai ensuite peint directement sur le papier sa silhouette à la gouache, et j’ai dessiné par dessus le tout au feutre à encre de chine.
Cela m’a procuré une étrange impression de faire un dessin directement sans crayon, un peu comme le jour ou mes parents ont enlevé les roués stabilisatrices de mon vélod ‘enfant. Et comme en plus, la dernière fois que j’ai utilisé de la gouache j’étais encore un enfant, des souvenirs de jeunesse sont remontés à la surface .
Et au final, le résultat s’est avéré très different de ce que j’ai l’habitude de faire.
Merci Danny.
A refaire, sans doute…

Advertisements

The revenge of Chapultepec

03 - La vengeance de Chapultepec lo
So, la Vengeance de Chapultepec is really the beginning of the series ?
My wife and I have wanted for quite a long time go visit Latin America, probably inspired by Prisoners of the Sun (Le Temple du Soleil)

The strong sequence of this trip was undoubtedly the Mayan city of Palenque in the heart of the Mexican jungle. At that time, only a small part of the city hidden in the tropical jungle had been cleared: a few restored temples, amid overgrown luxurious vegetation. Two local guides proposed us an exploration in the forest to look closely at the temples still buried in the tropical vegetation.
We watched ironically our guides when they took out big machetes. Was it really to cut vines on the trail or more probably to give a thrill to tourists in search of emotions?
We had no time to bring an answer since we heard one of the guide’s machete slashing. The two halves of a venomous snake were writhing in convulsions on the edge of the trail.
Respect!

The third cover Flinflin was born in that very moment. The cover of Tintin et les Picaros with its gorgeous scenery was a perfect match. In a trice, the Aztec pyramid changed into a Mayan one while our Mexican guide turned into a Mayan high priest.

While former covers were only one-shot drawings in my mind, the idea of a series really came at that time: using pastiches covers of Tintin albums to keep track of intense moments of our family life.

Et donc, La Vengeance de Chapultepec est vraiment le début de la série?
Absolument. Ma femme et moi voulions depuis longtemps aller visiter l’Amérique latine, une envie probablement inspirée par la lecture du Temple du Soleil.

La séquence forte de ce voyage reste incontestablement la cité Maya de Palenque au coeur de la jungle mexicaine. À l’époque, seule une toute petite partie de la ville enfouie dans la jungle tropicale avait été dégagée: quelques temples à peine restaurés, envahis de végétation au centre d’une clairière dans un décor luxuriant.
Deux guides locaux nous ont alors proposé une exploration en forêt pour aller contempler de près les temples encore enfouis dans la végétation tropicale.
Nous les avons regardés, un peu ironiques, lorsqu’ils ont, chacun, exhibé une immense machette. Était-ce vraiment pour couper les lianes et dégager le sentier ou pour impressionner le touriste ?
Nous n’avons pas eu le temps d’apporter de réponse à cette question. La machette du guide de tête venait de cingler, laissant les deux moitiés d’un serpent venimeux se tordre en convulsions sur le bord de la piste.
Respect !

La troisième couverture des Flinflins est née à ce moment-là. La couverture de Tintin et les Picaros avec son paysage exubérant s’y prêtait parfaitement.
En un tour de main, la pyramide aztèque est devenue maya tandis que notre guide mexicain un grand prêtre sacrificateur.

L’idée de la série est véritablement née à ce moment précis : jalonner quelques moments forts de la vie familiale des Flinflins par des pastiches de couverture d’album.